La truffe - Interview de trufficulteur, Yves Gary

La truffe - Interview de trufficulteur, Yves Gary

On vous propose d'en savoir un peu plus sur la Truffe Noire du Périgord au travers d'interviews de spécialistes et passionnés. Aujourd'hui, Monsieur Gary nous parle de l'animal le plus courrament utilisé par les trufficulteurs : le chien.

Nom : Gary

Prénom : Yves

Profession : Maire de Turenne et trufficulteur

A 62 ans, Yves Gary est maire de la commune de Turenne. Issu d’une famille d’agriculteurs, il est originaire des alentours de la ville. La fibre rurale paysanne a toujours été fortement inscrite en lui. Après une carrière d’ingénieur technique agricole, celui-ci a entrepris il y a près de dix ans maintenant, la plantation d’arbres truffiers sur 15 hectares. Ce qui l’a attiré avant tout dans la truffe c’est son mystère : « La truffe est vraiment un produit mystérieux. Vous plantez des arbres un jour et, peut-être que dans 10 ou 15 ans des truffes verront le jour. »

-         Combien de temps est-il nécessaire pour dresser un chien ?

Le mot dressage ne me plait pas. Etant donné que l’on travail avec un jeune chiot, il faut davantage considérer l’aspect ludique de la chose. Je trouve que l’on parle plus de jeu, d’apprentissage, que de dressage dans ce cas là.

Cet apprentissage est déterminant et très rapide. Soit tout se passe bien, et dans ce cas le chien peut être prêt en quelques semaines, soit il n’y a pas de résultats et cela veut dire qu’il n’y en aura jamais. Et c-est assez simple à réaliser en définitif. On apprend au chien à chercher et, lorsqu’il a trouvé, il est flatté, on le caresse et on lui donne sa récompense – c’est souvent un petit bout de fromage en l’occurrence.

-         Y a-t-il des races de chiens plus faciles à dresser que d’autres ?

Oui, il y a une race en particulier, d’origine italienne, qui a l’avantage d’avoir l’instinct naturel de chasseur de truffes, c’est le Lagotto. Ce type de chiens est à l’image de ce qu’est l’épagneul à chasse ou le Border collie à garde des animaux.

Après, on peut posséder n’importe quelle race de chien du moment que celui-ci a du flair et que le maitre lui procure un apprentissage spécifique pour la recherche de la truffe. Ce qu’il faut savoir c’est que, quelque soit la race du chien, le dressage n’aboutit pas toujours.

-         Comment le chien sait-il si la truffe est à maturité ou non ?

Il faut savoir que la truffe ne dégage d’odeur que lorsqu’elle est à maturité. C’est la raison pour laquelle il faut passer sur le même terrain plusieurs fois pendant la période hivernale car une truffe qui n’est pas mûre n’est pas odorante. Le chien ne la pistera donc que si celle-ci est à maturité.

-         Le chien sera-t-il plus productif sur un terrain qu’il connait déjà ?

Absolument pas. La seule différence est que, sur un terrain qu’il connait déjà parfaitement, il n’aura pas à faire l’apprentissage du milieu dans lequel il se trouve, alors que sur un terrain nouveau il aura besoin d’une petite exploration. Mais quoi qu’il arrive, en termes d’efficacité et de productivité, même sur un terrain qu’il ne connait pas, un bon chercheur de truffes trouvera toujours ce qu’il cherche, dans la mesure où il y en a.